LE NATURISME, UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Pour nous, le naturisme est une histoire de famille...
En 1968, mon grand-père recherchait un lieu spécifique pour lui, sa femme et ses huit enfants.
Après quelques temps de recherche et un appel téléphonique à la Fédération Française de Naturisme, il a jeté son dévolu sur un petit club associatif avec terrain en région Centre.
Ma grand-mère a tout de suite adhéré à l'idée malgré son éducation stricte et prude.
Il a commencé par emmener une de ses filles adolescentes, un été, pour voir comment elle pouvait réagir avant que toute la petite famille vienne adhérer au mouvement. Après un mois de colonie de vacances, ma maman âgée de 10 ans à l'époque, a fait sa première expérience naturiste. Mon grand-père était en train de construire notre bungalow, il a donc mis quelques planches sur la galerie et demandé à ses enfants de prendre place dans la voiture, afin de pouvoir, comme habituellement aller au bord de la rivière Le Cher. Arrivé à un endroit sur le trajet, il a bifurqué pour prendre une route inhabituelle. De là mon grand-père a expliqué à ses enfants qu'ils se rendaient dans un camping comme les autres, la seule différence, les gens étaient nus et il fallait en faire de même. Il ne fallut pas longtemps à ma mère, mes oncles et tantes pour se mettre nus et aller profiter de la piscine.
Ma grand-mère, qui avait reçu une éducation assez particulière a même réussit, en peu de temps, à convaincre sa sœur et son beau frère de venir découvrir cette manière de vivre.

Comme je vous le disais, mon grand-père, aidé de ses enfants a monté lui-même le bungalow que nous occupons actuellement.
Notre bungalow est principalement construit avec des matériaux de récupération et nous nous afférons au mieux pour garder cette pratique. Nous avons mis en place ces dernières années un potager et un récupérateur d'eau " fabrication maison ".
D'autres bungalows sont d'anciens wagons de train, nos bancs des traverses de chemin de fer, ...

Nous essayons sans cesse, depuis trois générations, de préserver les ressources et paysages d'antant (à la base une forêt), en replantant les essences que les anciens ont trouvé à leur arrivée.
Lorsqu'avec une tempête un sapin tombe, un arbre de noël est récupéré et replanté pour prendre sa place. Un arbre malade est enlevé, un autre est replanté au même endroit. Ces gestes sont peut-être peu de choses mais ont une importance pour préserver l'environnement que nous occupons.

Grâce à son métier mon grand-père avait des disponibilités pour venir dans ce lieu en période de vacances scolaires.
Il a donc soumis l'idée d'ouvrir les portes de cet endroit, il devint même la première personne en charge de l'accueil des visiteurs.
Puis ma mère a réussit à convaincre mon père afin de rejoindre sa famille dans un milieu naturiste. Il s'y est vite mis, pourtant dans un milieu pas évident : la belle famille, et nue en plus !
J'ai vu le jour, fin mars 1986, alors que mon grand-père nous a quitté, dès que les beaux jours sont apparus, j'ai connu le naturisme.
Pour moi, rien d'anormal, depuis 26 ans, de côtoyer ma grand-mère, mes oncles, tantes, mes parents, mes sœurs, cousins, cousines dans un milieu naturiste. Je dirais même que je ne l'envisage pas autrement.

Le naturisme fait parti de mon quotidien : j'ai appris à faire du vélo, à nager, à plonger, … nue en compagnie de ma famille et d'amis d'enfance.
Mes vacances, été comme hiver, ont toujours tourné autour du naturisme.
L'été en club, centre, petit ou grand, piscine, mer, océan, rivière ou gravière.
Et l'hiver, à l'entretien du bungalow, du terrain du club, de la nature.
Depuis l'âge de 14 ans, ma cousine, mes sœurs et moi faisons comme notre grand-père : nous accueillons les  personnes désirant découvrir le terrain de l'association et la région, essayons d'améliorer leur confort, sous la houlette de notre cousin, de nos parents.

Depuis un grand nombre d'année, je lis les différentes revues naturistes, beaucoup parlent de leur " première fois " en tant que naturiste, pour moi ce serait plutôt ma " première fois " en maillot (le calvaire).
Et oui, en effet, le naturisme je n'ai toujours connu que cela. J'ai 26 ans, une seule expérience " textile " d'une semaine vécue. Et quelle semaine, j'ai eu la difficulté d'affronter le maillot de bain dans plusieurs situation.
  • Pour commencer, au camping dans un mobile-home :
Avant d'aller prendre sa douche, il faut penser à ne rien oublier pour s'habiller. Se sécher, s'habiller dans une petite " salle de bain " de mobile-home n'est pas forcement évident.
Dormir en chemise de nuit, en plein été de peur que le voisin ne t'aperçoive dévêtue.
  • A la plage :
Avez-vous déjà essayé de vous rincer, en partant, de la plage avec ce fameux maillot de bain (ce maillot froid, qui ne sèche jamais et qui attire tout le sable)? Qui, par la même occasion, est de nouveau mouillé lorsque vous souhaitez vous rhabillez souvent vous n'avez pas de cabine pour vous changer.
  • Au centre aquatique ou à la piscine :
Il n'est pas agréable de toujours faire attention à ce que le maillot soit toujours en place. Lorsque vous plongez ou descendez du tobbogan.

Je vois beaucoup d'articles sur les jeunes, des interrogations, pour moi certaines réponses sont simples :
Le naturisme n'est pas évident à certains moments de la vie, particulièrement pendant l'adolescence.
Je suis née baignée dans le naturisme, pourtant j'ai connu des périodes de doute.
Lorsque tu es adolescent, ton corps change, tu n'es pas forcement à l'aise avec celui-ci, forcement tu le caches plus ou moins selon les personnes.
Je me suis longtemps promenée une serviette autour de la taille, ainsi que mes sœurs pendant cette période compliquée, et nombreuses ont été les réflexions.
En milieu naturiste, le fait de porter une serviette autour de la taille est vu comme un acte contre le naturisme alors que non, rien à voir. En plus, pour une fille, certaines périodes ne sont pas forcement propices.
Dans la vie de tous les jours, dans les vestiaires, à l'école, au sport, pas facile d'expliquer que tu n'as pas de traces de maillot de bain.
Il est important de dialoguer avec les ados et surtout de ne pas les braquer.
Je suis toujours naturiste car j'ai d'abord pensé à mon bien être que ce mode de vie m'apporte, aux nombreux souvenirs se rattachant à ma famille. Malheureusement une de mes sœurs s'est braquée à cause de ces adultes qui manquent de tact et de compréhension.
Cette période peut durée plus ou moins longtemps mais soyez patients, elle passe.
Pour moi, il est plus gênant de voir une personne nue s'asseoir sans serviette ou une personne nue dans n'importe quel endroit et par tous les temps, plutôt qu'un ado avec une serviette autour de la taille.

Et puis il y a les phénomènes de société :
Avec le temps, on se rend compte que le comportement humain, les phénomènes de notre société actuelle, arrivent dans notre milieu (de moins en moins de volontaires mais de plus en plus de consommateurs, …), plus de respect pour les anciens, de ce qu'ils disent,de ce qu'ils font,  ou de ce qu'ils ont fait.
Ce genre de comportements se propagent, il est très contagieux, je pense que cela peut être une des causes de la baisse de fréquentation générale et notamment des jeunes.
Pourquoi intégrer un milieu naturiste alors que le bien être jusqu'à lors préserver, disparaît pour laisser place à la société de tous les jours avec ses tracas et son côté négatif.

J'entends, aussi, des responsables de clubs demander pourquoi les jeunes ne souhaitent plus adhérer à nos associations mais seulement profiter des grosses structures : avez-vous déjà fait attention aux  tarifs d'adhésion proposés ? Beaucoup n'ont pas de tarifs d'adhésions attractifs, pour les étudiants, pour les jeunes actifs. Et je parle en connaissance de causes, dans le club où je suis adhérente à partir du moment où tu n'est plus scolarisé, on paye autant qu'une personne seule alors que tu as toute ta vie à construire (passer le permis, acheter une voiture, ...) c'est un gros budget en plus du temps consacré si tu souhaites t'investir.
Et lorsque tu souhaites t'investir tes propositions sont mal perçues, voir pas du tout entendu. Tu n'es plus vu comme en enfant mais tu n'es toujours pas vu comme adulte.

Tout ceci pour dire qu'il n'est pas facile d'être jeune naturiste de nos jours. J'espère que tous cela pourra faire prendre conscience à certain, qu'il ne suffit pas d'attendre les jeunes mais agir autrement pour les accueillir.
Vous souhaitez que les jeunes viennent à vous, mais vous, que faites vous pour aller vers eux ?
Pour avancer, et aller de l'avant, poursuivre ensemble, il est important que chacun se remette en question.

Je pense qu'il y a encore des jeunes qui souhaitent s'investir mais prenez le temps de les écouter.
Et vous les jeunes, si vous n'êtes pas entendus au sein de vos entités vous avez d'autres moyens pour vous investir. Personnellement cela fait plus d'un an que je suis la Trésorière de ma région et ma mère Administratrice de région. Cela permet de rencontrer vraiment beaucoup de personne qui prennent le temps d'écouter, de parler avec toi. J'ai pu à cette occasion participer à des réunions et apprendre beaucoup sur le fonctionnement de notre fédération. En tant que " jeune naturiste " il est important d'être reconnu et de se faire connaître au sein même de l'organisation.

Le naturisme n'est pas seulement le fait d'être nu, mais réellement une façon de vivre. Un équilibre entre la vie mouvementée de tous les jours, et la sensation de bien être et de ressources le week end, pendant les vacances.
Il m'arrive de dire en arrivant dans un lieu naturiste que "  je peux maintenant enlever mon déguisement " pour imager le fait de me dévêtir.
J'aime autant être nue, que d'essayer de me rendre utile au " mouvement ". Le naturisme est très enrichissant, tant humainement qu'au niveau acquisition de connaissance
Il ne suffit plus de vouloir faire perdurer un état d'esprit, il faut s'investir pour le faire vivre.

Il est facile d'émettre des avis négatifs et/ou sceptiques sur le fonctionnement, l'organisation et les décisions prises, mais pour les exprimer ou essayer de comprendre, le mieux est participer, de se renseigner.

Ces quelques lignes pour vous exposer mon point de vue, mon ressenti, d'une jeune femme de 26 ans ayant autant d'années de vécu naturiste.