Le Naturisme ? ... Mais c'est très simple !

Certes,cette définition presque lapidaire, sorte d'appel à minima, pourrait à la rigueur figurer telle quelle au dictionnaire usuel.
Dans son extrême concision - au-dessous de laquelle il serait vain d'évoquer encore le naturisme - elle ne motive ni n'explique un style de vie , voire une simple joie de vivre, encore moins enthousiasme ou idéal . Malgré son caractère non exhaustif , quelque peu hermétique aux profanes , et sa superficialité (ou en raison même de cela) la majorité des naturistes actuels apprécie généralement son côté anti-rébarbatif, peu contraignant ou dérangeant, et aussi sa grande souplesse.
Avec des naturistes plus exigeants envers eux-mêmes, et envers les concepts qui les animent, essayons néanmoins de cerner de plus près la réalité du phénomène naturisme.
Ce phénomène , dont la naissance remonte seulement à un demi siècle et qui , sans en avoir l'air, se présente et s'affirme de plus en plus comme un antidote spécifique de la modernité. Il n'est ni repli, ni vaine nostalgie des temps passés, mais plutôt évolution vers des bases plus sûres d'une qualité de vie plus fiable, plus humaine, face à une civilisation déboussolée et déboussolante.

Alors, qu'est vraiment le naturisme en 1978 ?

Interrogez des naturistes ! L'ébauche d'un sourire vous fera peut-être pressentir la réponse saugrenue , embarrassée ou candide, la virevolte aimable pour éluder ou minimiser la question.
Mais une expression soudain sérieuse et concentrée de l'interlocuteur, un silence plus ou moins long, stimuleront votre curiosité et votre attention. Trop d'images, trop d'apports, de données physique et psychiques, subjectives et objectives, d'interférences, peuvent bloquer les réponses.
Terme ou cheminement d'une longue recherche pour les uns, découverte d'une joie de vivre ou " oeuf de Christophe Colomb" pour les autres, loisir "vachement sympa" pour les jeunes, résurrection et jouvence  pour des vétérans, loisirs optima pour tous, vous aurez le choix !
Si les réponses apparaissent souvent comme un puzzle à problèmes, vous observerez vite que le sujet est vaste. En réalité les réponses archi-éprouvées par la pratique, se complètent. Pour l'essentiel, retenons ceci :
Le naturisme est l'art d'utiliser au maximum les agents naturels dispensés par la nature (eau, air, soleil), et la sauvegarde de l'équilibre de l'homme moderne par la détente au contact de la nature , des activités physiques, et le respect de règles simples d'hygiène naturelle et de désintoxication.
La pratique de la nudité intégrale en pleine nature, collectivement, est un des éléments essentiels du naturisme d'aujourd'hui. Elle permet à l'homme de tirer le meilleur profit des agents naturels, en retrouvant son unité physique et psychique et , en se montrant tel qu'il est en face de semblables tels qu'ils sont, de recréer ensemble des relations humaines et sociales imprégnées d'une authenticité et d'un naturel que le vêtement ne permet pas.

Le naturisme sera social ou ne sera pas

La pratique collective du naturisme a sur les êtres un grand pouvoir de normalisation et d'équilibre, aussi bien en face aux tabous de la société qu'aux exacerbations de la sensualité. Elle est un facteur de progrès par une vie plus simple , plus saine, plus humaine. Elle se révèle libération et joie.
L'opinion fait d'ailleurs généralement la distinction entre les manifestations de la dénudation vacancière et la pratique du naturisme au sein d'associations qu'un demi-siècle d'expérience (dans des conditions éprouvées de sécurité et de moralité) met à l'abri de toute critique.
Seule la pratique suivie du naturisme remet l'homme en contact total avec la nature. Elle lui fait découvrir ou redécouvrir des valeurs naturelles permanentes dont il est de plus en plus séparé et frustré par la société.
Elle lui démontre que "l'homme fait partie de la nature", et qu'entre tous les éléments de la nature il existe des équilibres que l'homme ne peut rompre impunément. Depuis cinquante ans , les naturistes luttent pour la sauvegarde de cette nature qui est le milieu de vie préféré des naturistes contre les pollutions et les poisons.
Il s'agit de la réponse à un besoin nouveau, profondément ressenti, d'authenticité et de simplicité ; un retour aux sources conscient et contrôlé. Il est temps en 1978, que l'homme n'oublie plus la nature, sa nature personnelle et la nature environnante.

Par Jean Gantois et le service d'informations de la FFN
La vie au soleil Août 1978